dimanche 31 août 2014

Résumé des épisodes précédents - 4

(1-19)
Alors qu'il mange un délicieux sandwich poulet mayonnaise sur un banc du cimetière du Père Lachaise Mehdi, psychologue trentenaire, est abordé par Florine. Sous ses allures d'adolescente gothique elle se révèle être une vampire de cent trente six ans. Énergique mais névrosée elle devient la première patiente mort vivante de Mehdi. Sa vie de vampire a commencé suite à un viol au XIXème siècle. Depuis elle bouillonne de colère qu'elle cherche à canaliser. La jeune vampirette s'installe petit à petit dans la vie du psychologue jusqu'à lui proposer de l'aider à se créer une clientèle composée de créatures de la nuit et décide de jouer sa secrétaire. Mehdi réticent au début finit par y voir une occasion unique de donner un nouveau sens à son existence. Il est renommé "Psyman" par la vampire. Il rencontre les colocataires aussi bizarres qu'inquiétants de Florine. Il est ensuite présenté à Robert, zombie de son état. Après s'être fait coursé par une famille de morts vivants dans un local EDF c'est à travers une porte qu'il mène son premier entretien avec lui. C'est un être mal dans sa peau en putréfaction qui se livre à lui et qui lui fait part de son refus de cette vie de zombie commencée par un tragique accident de voiture. La même soirée Mehdi découvre l'Antre, un bar des Halles fréquenté par des vampires. Il y rencontre par la même occasion Vladimir, vampire agressif qui a des vues sur Florine. Ce dernier se fait humilier dans un défi karaoké par David, un nain chanteur fan de Depeche Mode. Après cette soirée mouvementée au bar Florine et Mehdi manquent de se faire écraser par Jeanne, une gargouille suicidaire, sur le parvis de Notre Dame.

(21-39)
Robert veut voir les étoiles? Qu'à cela ne tienne. Mehdi et la troupe des vampires colocataires emmènent le zombie pique niquer de nuit sur les hauteurs de Meudon. Le mort vivant se lie d'amitié avec Steeve, l'un des coloc, qui lui apprend la guitare. Mais l'apparition d'un loup garou schizophrène, Sacha, sensible aux ondes électromagnétiques va semer le trouble et l'inquiétude parmi les vampires. Si Mehdi y voit un être en souffrance, Florine perçoit dans le lycanthrope une menace pour sa race. A tel point qu'elle le séquestre dans son bunker antiondes. L'intervention du psychologue est nécessaire pour que la situation ne tourne pas au massacre. Afin de proposer autre chose que des entretiens ponctuels à ses patients de la nuit Mehdi évoque avec la petite vampire l'idée de la création d'une structure type CATTP où pourraient s'y retrouver vampires et autres gargouilles en difficulté psychique. Malgré l'émoi provoqué par le loup garou Florine accepte d'aider le psychologue à défendre le projet auprès du Conseil Vampirique. Seule instance capable d'agir en de telles circonstances. C'est au cœur du quartier latin que se cache le Conseil. Mehdi y rencontre Ricky Woodford, spécialiste de l'administratif vampirique. Cet étrange personnage au nœud papillon lui prodigue alors de bons conseils.

(41-59)
Contre toute attente, et ce après un grand oral impressionnant, le projet de lieu d'accueil pour créatures de la nuit est accepté par le Conseil Vampirique.  Florine s'empresse de le nommer à sa guise : Centre 666. La vampire debriefe son psychologue autour d'un verre dans l'Antre avant de balancer Rita, une vampire un peu bitch, par dessus la rambarde de la mezzanine. Un incident qui remue tout le monde, surtout Florine qui prétextera un mot de trop pour justifier un tel acte. Même troublée elle se lance dans une enquête secrète : savoir si Jeanne la gargouille ne raconte pas de pipeaux. Les talents d’enquêtrice de la vampirette pousse Mehdi à lui parler d'un de ses grands amours perdus : Alix. Jeune et jolie blonde partie pour le mystérieux Teddyland. Le Centre 666 est inauguré dans le Marais. Après plusieurs heures de ménage il devient un lieu tout à fait accueillant. C'est là que Florine, Mehdi, Steeve, Oliver, Jeanne, Ricky, Robert et Sacha fêtent le nouvel an. Malheureusement après les feux d'artifice et les bises marquant le passage à la nouvelle année Robert tombe du toit, involontairement poussé par Florine. Tensions et réconciliations s'en suivent. Mehdi et sa patiente vampirique s'échangent des cadeaux. Un téléphone portable d'un autre âge pour Mehdi et un sac tête de mort pour Florine. Cette dernière, au carnet d'adresses bien rempli, emmène le psychologue à Saint Germain en Laye rencontrer les frères Bernart, tout trois fantômes de leur état. Le plus jeune, Mahaleo, est un spectre pyromane et phobique. Une nouvelle mission pour Psyman.


(61-79)
Rita devient le nouveau fantasme de Mehdi malgré les tensions qui existent entre elle et Florine. Une autre femme vient perturber notre petite troupe : Florence. Une voisine du centre 666 unijambiste et un peu trop fouineuse. Le psychologue n'oublie pas pour autant Mahaleo et essaie de l'aider à devenir un fantôme digne de ce nom. Sauf que les remords le guettent. Sacha est de nouveau au centre des attentions lorsqu'un vampire est retrouvé mort, égorgé près de la forêt de Meudon. Il devient la cible numéro un des vampires. Mais un petit animal venu tout droit du Paraguay va l'innocenter. Alors que les tensions s'apaisent Mehdi rencontre un certain Monsieur Paris dans une petite rue de la Capitale. Il apprend qu'il s'agit d'un personnage légendaire pour les vampires car il serait à l'origine du Conseil Vampirique. Rien que ça! Mais cette légende (mort) vivante va mettre en garde le psy : il doit faire attention lors de ses sorties nocturnes. Une tuile l'attend. C'est après avoir raccompagné chez elle une Florence un peu trop curieuse que Mehdi va violemment éprouver la prédiction de Monsieur Paris.


 - - - - -

En bonus la chronologie des événements de l'histoire :




-XIIIème siècle : construction de la cathédrale Notre Dame de Paris. Jeanne, la gargouille, s'y lie pour la vie.

-1 février 1877 : naissance de Florine (Paris)

-1890 : Florine est victime d'un viol. La même année elle devient une vampire (par "l'Aristo") à l'âge de 13 ans.
-dernières années du XIXème siècle : Oliver, jeune anglais de 24 ans, devient un vampire. Il arrive à Paris "en même temps qu'Oscar Wilde".

-années 20 : Ricky Woodford s'installe à Paris.

-1940-1944 : Florine est à Paris (et en France plus globalement), elle tue des nazis (et pas que...).
-1943 : Florine est "fusillée" sur la place de l'hôtel de ville.

-années 50 : Florine est en Roumanie, elle rencontre pour la première fois de sa vie un loup garou.

-années 60 : Steeve (Pierre de son vrai nom) Parisien de 32 ans devient un vampire. C'est un des derniers vampires français (officiellement)
-années 60 : les services secrets français traquent les vampires.
-années 60 : consensus européen sur la non violence des vampires, création du Conseil Vampirique à Paris.
-années 60 : dernier humain tué par un vampire devant l'église du musée des arts et métiers
(par l'aristo, mettant en danger le pacte récent entre mortels et vampires)

-années 70 : naissance de David "Dave" Barthworth en Angleterre à Basildon, nain, futur chanteur sosie de Dave Gahan.
-1974 : Naissance de Sacha

-17 janvier 1980 : naissance de Mehdi

-années 90 : accident de voiture de Robert et sa famille. Décès de Robert, à 22 ans. Il se réveille quelques mois (années?) plus tard en zombie dans le cimetière du Père Lachaise (?)
-1991 : incendie dans la maison des frères Bernart dans lequel ils trouvent la mort. Mahaleo avait 18 ans.

-2008 : Lors d'un trek en Hongrie Sacha se fait mordre par un loup garou.

-décembre 2010 : Mehdi rencontre Alix.
-6 juin 2012 : Alix se suicide à l'âge de 25 ans.
-début août 2013 : Rencontre avec Florine (cimetière Père Lachaise)
-début septembre 2013 : Jeanne manque d'écraser Florine et Mehdi en tentant de se suicider du haut de sa cathédrale. Elle fait leur connaissance par la même occasion.
-septembre 2013 : pique nique sur les hauteurs de Meudon de nuit avec Robert et les colocs. Rencontre avec Sacha le loup garou
-31 octobre 2013 : soirée d'Halloween organisée par la Conseil Vampirique dans un hôtel particulier près des Champs Elysées. Première rencontre avec Rita.
-novembre 2013 : Jeanne tente de faire exploser Notre Dame de Paris.
-décembre 2013 : Florine se bat avec Rita dans l'Antre.
-courant décembre 2013 : Rita appelle Mehdi pour la première fois.
-25 décembre 2013 : ouverture du centre 666 au 4ème étage d'un immeuble de bureaux dans le marais.
-31 décembre 2013 : passage à la nouvelle année sur le toit du centre 666. Chute de Robert.
-mi janvier 2014 : rencontre avec les fantômes de Saint Germain en Laye
-fin janvier 2014 : rencontre avec Florence, voisine du centre.
-courant février 2014 : un vampire est retrouvé mort aux abords de la forêt de Meudon. Tout accuse Sacha qui finalement est innocenté (hospitalisé au moment du meurtre).
-courant mars 2014 : Mehdi rencontre Monsieur Paris, rue de la bucherie. Il lui annonce un malheur à venir.
-mi avril 2014 : Florence s'inscruste dans le centre 666, Mehdi se fait agresser violemment par Vladimir en bas de chez elle.




 - - - - -

En deuxième bonus le texte qui a servi de base à ce blog. A l'origine l'histoire devait s'appeler "Psy". Florine (qui n'avait pas de nom alors) devait être une patiente hospitalisée qui se suicide sous les yeux de son psy et qui lui apparaît ensuite sous forme de fantôme. Elle devait l'assister par la suite pour aider zombies et autres loups garous. Dans ce texte écrit en 2008 (l'idée de départ date de 2007) on retrouve déjà certaines bases.




samedi 30 août 2014

79-La tuile



"Je suis un wookie?
-Non Florine, tu n'es définitivement pas Chewbacca.
-Je suis sûre que je suis un wookie. Réfléchis bien Mehdi.
-Flo, tu n'es pas un wookie, lui a répondu Oliver.
-Bon ok, admettons, a fini par admettre la fan de Star Wars. À qui le tour?
-À moi!" s'est écriée Jeanne. Elle se concentrait en touchant de ses gros doigts la carte fixée sur son front par un grand élastique. La morphologie du crâne de gargouille n'était pas pensée pour ce jeu.
"Est-ce que j'ai tué des millions de personnes?
-Non pas des millions, faut pas dec', lui a dit Steeve en pouffant de rire.
-Mais j'ai tué des gens? a relancé Jeanne.
-Pas sûr, s'est interrogée la vampirette en se tapotant le menton du bout du doigt. Bon, on va dire que non, au suivant!"
La gargouille était vexée par cette réponse expéditive. C'était au tour de Robert. Lui attacher une carte sur le front avait demandé pas mal de précaution tant la chair de sa tête était quelque peu...instable. L'élastique enserrait sa grosse touffe de cheveux. Il ressemblait à un tennisman suédois des années quatre vingts. En un peu plus mort.
"Est-ce que je suis vivant?"
La question du zombie ressemblait à un long râle. Je pouvais mesurer les progrès que j'avais fait en compréhension du langage mort vivant. J'avais saisi ses propos du premier coup.
"Est-ce que je suis vivant?" a t-il répété.
Ce qu'il disait résonnait étrangement pour moi. Je croyais percevoir un double sens dans sa question. Jouait-il encore ou nous posait-il une question existentielle? 
"Non, of course non, tu n'es pas vivant", a répondu Oliver sur un ton des plus sérieux. Il était à fond dans la partie.
J'ai rapidement trouvé mon identité secrète. Elisabeth Taylor. Florine, à défaut de réussir à deviner le personnage qu'elle campait (elle tenait  absolument à être le héros poilu de la guerre des étoiles), a trouvé là une bonne occasion de m'énerver en m'appelant "Elisabeth" à de nombreuses reprises. Mais ces  moments passés ensemble étaient une bonne chose. Ils s'amusaient en groupe. Échangeaient, discutaient, se charriaient. Comme pour me sortir de mes pensées positives le vilain son de l'interphone a retenti. C'était Sacha. Comme d'habitude il avait pris son temps pour venir. Tandis que la vampirette me harcelait avec ses Elisabeth l'ascenseur s'est arrêté à notre étage. Le bruit qu'il faisait était une bénédiction pour des gens méfiants comme nous. Le lycanthrope a franchi la porte de la salle. Les cheveux en bataille, le dos voûté et les mains dans les poches palpant sûrement une flasque ou une cannette. Après avoir salué mollement le groupe il a tenu la porte. Une femme brune s'appuyant énergiquement sur une canne est entrée. C'était Florence.

Notre voisine venait de s’incruster dans le centre. Elle s'était servie du loup garou schizophrène comme d'un cheval de Troie. Robert a émis un son guttural effrayant. Florine et moi nous sommes précipités vers l'intrus. La vampire agitait les bras comme un gardien de handball pour lui boucher la vue. J'ai attrapé la visiteuse par l'épaule pour la faire sortir de la pièce. La vampire me suivait tout en insultant Sacha qui ne semblait pas comprendre la situation.
"C'est quoi cette chose avec des ailes là? Et le chevelu squelettique? C'est quoi ce pataquès?! demandait Florence en essayant de passer sa tête au dessus de la mienne pour tenter de voir notre petite assemblée.
Florine l'a violemment projeté contre la porte de l'ascenseur. La canne de l'unijambiste curieuse a glisser jusqu'au bout du couloir.
"Putain! Qu'est ce que tu fiches ici?!
-Hé la mioche calmos! On t'a pas appris l'hospitalité. C'est quoi ces jeunes, j'te jure. Mai 68 tout ça", lui a répondu une Florence pas décontenancée pour un sou.
Je me suis placé entre elles.
"On se calme! Florine, va récupérer la canne s'il te plait."
Ce qu'elle a fait en grommelant.
"Alors c'est quoi votre petite réunion secrète? Vous êtes satanistes c'est ça? Vous avez réussi à faire venir des créatures de l'au-delà via un portail dimensionnel comme dans Stargate? Colonel ONeill, Teal'C, au rapport!
-Je vous l'ai dit, ce sont des gens qui ont juste besoin d'être ensemble", ai-je énoncé froidement en ouvrant la porte de l'ascenseur.
La vampirette a rendu la canne à Florence en lui la lui lançant presque au visage. Nous sommes tous trois descendus au rez de chaussé. J'ai demandé à Florine de remonter et de s'occuper des autres. Elle n'a pas accepté ma décision de bon cœur en disant qu'il fallait donner une leçon à "l'espionne". C'était justement pour éviter cela que je lui ai dit de retourner au quatrième étage.
"Vous n'auriez pas du faire ça.
-Faire quoi? Rencontrer mes voisins, m'a répondu Florence avec un aplomb remarquable.
-Vous introduire chez nous, comme une voleuse oui, ai-je dit sèchement en  reconduisant la brune boitante au niveau de la rue.
 -C'était une gargouille, c'est ça hein?
-Qui ça?
-L'espèce de grand truc gris avec des ailes. C'est une gargouille, j'suis sûre de mon coup.
-Oui c'en est une."
J'ai stoppé ma foulée. Je l'ai regardé dans les yeux. Ses grands yeux méditerranéens.
"Un gargouille, des vampires, un zombie et un loup garou. Voilà ce que vous avez vu". J'en avais marre de raconter des histoires.
Florence a tapé le sol du bout de sa canne. Elle était contente.
"Je le savais! Les gens disent : rooh mais non ça ne peut pas arriver, y a qu'dans X-Files que tu vois ça. Les cons! J'te jure! Je le savais!
-Ce sera notre secret. Entre vous et ma...petite bande. Ok?
-Bouche cousue! Juré craché! Fais gaffe je vais t'cracher d'ssus."
Et elle a craché.
"Je pourrais venir vous voir alors maintenant qu'on a fait connaissance dans les grandes lignes?
-Non. Nous resterons des voisins distants.
-Des vampires...Dracula...les zombies...Ceeeerveau..."
Florence mimait chaque créature.
"J'suis vraiment contente vous savez. J'en suis toute chamboulée. Regardez j'en ai la chair de poule.
-Il faut dire que vous n'êtes pas très couverte.
-Je me sens comme Scully. En moins rousse hein."
Elle était surexcitée. Et elle parlait trop fort à mon goût. Nous avons remonté la rue. Elle ne tarissait pas d'éloges sur l'idée de rassembler des êtres si différents en plein Paris.
 "Un génie, c'est un génie ce mec!" répétait-elle en parlant de moi.
Arrivés devant la porte de son immeuble je lui ai rappelé de ne rien dire à personne.
"Muette, je serai MU-ETTE! Comme une tombe. Hé hé, une tombe, mort vivant tout ça. Quel humour! L'école américaine! Dites...vous ne voulez pas monter? J'ai pas baisé depuis des mois et toutes ces histoires de vampires et de lutins m'ont donné chaud.
-Excusez moi? lui ai-je répondu surpris et gêné.
-Vous, moi, un lit, une bonne baise."
Je devais rougir. J'hésitais. J'avais envie. J'étais dans le même cas qu'elle. Ma dernière relation sexuelle remontait à bien longtemps.  Florence était une fille ravissante. Mais dès que mon regard se portait sur sa canne je pensais à sa jambe mutilée. Et ça me dégoûtait. C'était stupide mais dans le fond je restais très con.
"Je pense qu'il vaut mieux que nous restions juste voisins Florence, juste voisins"
Ce n'est pas ce que pensait ma libido mais tant pis. Après quelques secondes de silence la brunette a haussé les épaules.
"Pas grave, au moins j'ai pas perdu ma soirée."
Elle a ouvert la porte menant au hall. Puis s'est retournée vers moi.
"Et vous vous êtes quoi? Un sorcier? Un fantôme?
-Non, juste un psychologue."

Florence a franchi le seuil et s'est éloignée en claudiquant. Lorsque la porte s'est refermée dans un bruit sourd je me suis senti idiot. J'avais laissé passer une belle occasion. Sur l'instant j'aurais aimé sonné à l'interphone. Mais je ne connaissais pas son nom de famille. C'était trop tard. En me retournant j'ai sursauté. De l'autre côté de la rue se tenait une sorte de petit punk un peu rondouillard. Les clous de son blouson en cuir scintillaient sous la lumière du réverbère. Ses cheveux formaient comme des piques sur son gros crâne. C'était Vladimir. Il me fixait, immobile. J'ai pensé à Monsieur Paris. Sa prédiction. Des semaines étaient passées depuis. Aucune péripétie fâcheuse n'avait émaillé mes balades nocturnes accompagnées. Mais cette nuit d'avril j'étais seul. Et je sentais la tuile arriver. Le vampire à l'air renfrogné a traverser la voie d'un pas lent. Il venait vers moi, la mâchoire serrée. J'ai voulu fuir mais j'avais peur. J'étais paralysé.

"Ouais, juste un pauvre psychologue de merde" m'a dit Vladimir juste avant de me donner un violent coup de tête en plein sur le front. J'ai vacillé. J'ai du m'appuyer contre le mur derrière moi pour rester debout. J'ai maudit Florine de ne pas être là pour me sauver. Mon agresseur m'a dit un truc dans une langue inconnue, du russe, du serbe, je ne savais plus où j'étais de toute façon. Une insulte sûrement au ton de sa voix. J'ai maudit Florence de s'être incrustée dans le centre. Vladimir m'a balayé les jambes d'un coup de pied. Je me suis écrasé sur le sol en une fraction de seconde. Quelque chose a craqué dans mon corps. J'ai maudit toutes les prothèses de jambe du monde. Et alors que la grosse chaussure gothique du buveur de sang grassouillet s’apprêtait à s’abattre sur ma tête posée sur le trottoir dur et froid j'ai maudit Monsieur Paris et j'ai fermé les yeux.


-FIN DE LA PREMIÈRE PARTIE DE L'HISTOIRE "Psyman : psychologue pour zombies"-

samedi 23 août 2014

Patient : Robert. Entretien : 7



"Je sens que je meurs."
Depuis plusieurs semaines Robert semble être frappé d'une langueur mortifère. Il dit que son "énergie vitale" le quitte. Il se décompose beaucoup plus vite qu'avant (ce que l'on constate tous les mercredis au centre). Il dit que sa famille ne semble pas être affectée par le même mal. Que ce sont des "sauvages" encore vifs et robustes pour des morts vivants. Il dit que sa mémoire s'améliore. Il dit qu'il se rappelle d'un cours de chimie à l'école. Peut être lors de ses études. Il s'agissait de dissoudre une patte de grenouille dans de l'acide. Il dit que c'était comme un cachet effervescent. Il dit que maintenant cette patte de batracien, c'est lui. Je lui demande quel serait l'acide alors. Il dit qu'il hésite.
"Le temps? La malédiction? Mon envie d'en finir?"
Il dit qu'étrangement ça a commencé au moment où il pouvait trouver un peu de plaisir à être avec les autres. A écouter Steeve jouer de la guitare ou voir Florine tricher aux cartes.
"Mais peut être qu'après m'être amusé je me rendais vite compte que je restais un satané zombie"
Il dit qu'il y a deux semaines il a vu son reflet dans la baie vitrée. Il l'avait déjà vu auparavant mais il dit que jamais il n'avait eu autant conscience de son état physique. Du délabrement dans lequel son corps se trouvait. Il dit qu'il n'a jamais été autant mort dans son corps et vivant dans sa tête.
"Je suis prisonnier"
Il ajoute qu'en y réfléchissant ça pourrait le rendre heureux. Il sait que la fin arrive. Qu'il va mourir une seconde fois et cette fois ci sera la bonne. Il dit qu'il ignore ce qui lui a valu une telle malédiction mais qu'il a suffisamment payé. Il veut profiter des derniers moments avec Florine, Steeve et les autres. Il me demande de ne rien raconter de tout ça à Florine, ce que j'accepte en lui disant qu'elle s'en rendrait compte toute seule.
"Tant que je peux voir les étoiles ça va" dit-il en conclusion.

vendredi 15 août 2014

77-Monsieur Paris


"Sérieux?"
Les yeux écarquillés de Florine me fixaient. Steeve, appuyé contre l'évier, avait la bouche grande ouverte. Les deux vampires étaient stupéfaits par le récit de ma rencontre angoissante avec l'étrange homme au masque de théâtre.

"Non mais t'es sérieux Psyman? m'a demandé de nouveau la vampirette.
-Oui je suis sérieux! Pourquoi vous faîtes ces têtes là?
-Monsieur Paris! se sont écriés en chœur les deux colocataires en levant les bras.
-Quoi? Monsieur quoi? leur ai-je demandé interloqué.
-Monsieur Paris!" ont repris les vampires en se regardant et en serrant les poings comme s'ils venaient de marquer un but en finale de coupe du monde.
Florine a tapé dans la main de Steeve. Ils étaient surexcités.
"Tu te rends compte Psyman, t'as rencontré Monsieur Paris! Ça m'troue le cul! La chance!
-Ouais c'est clair mon pote, THE légendaire Monsieur Paris. Mes respects man, mes respects, a ajouté Steeve en s’inclinant en ma direction.
-Mais c'est qui ou quoi ce Monsieur Paris?"

Ma question a eu l'air de les surprendre. Florine a même lâché un "bah" qui m'a vivement agacé. Mais elle s'est vite rendue compte qu'il était tout à fait normal que ce mystérieux personnage me soit inconnu.
"Il y a bien longtemps un vampire a rencontré un type avec un masque bizarre dans une petite rue de Paris, tout comme toi. Il lui a annoncé qu'il créerait une sorte de gouvernement pour tous les vampires de France et de Navarre. C'est ce qui s'est passé, ça a été le point de départ du Conseil Vampirique. Et ce vampire en est l'actuel président! Tu te rends compte? Monsieur Paris est à la base de tout ça. Au cours des dernières décennies il est très peu apparu mais à chaque fois ce qu'il a prédit est arrivé. On ne sait pas qui il est ou d'où il vient. Il échappe totalement à nos radars. Dis toi que tu es un privilégié. Un des seuls à avoir vu Monsieur Paris. Et un non vampire en plus. La classe, tu me signes un autographe? disait Florine en mimant un geste d'écriture.
-Tu oublies qu'il a dit qu'il allait m'arriver une tuile."

Florine en a perdu le sourire.
"Ouais mais tout est une histoire d'interprétation. Il annonce des trucs mais il ne donne jamais de détails. Ça se trouve ce qu'il t'a dit est à prendre comme une métaphore, m'a répondu un Steeve inspiré.
-C'est marrant comme ses menaces ne m'ont pas eu l'air métaphoriques, lui ai-je renvoyé sur un ton cinglant.
-Mais c'est pas Monsieur Paris qui te menace directement Mehdi! s'est empressée de dire Florine en posant sa main sur mon bras pour me rassurer. Il te dit juste d'être vigilant. C'est ce qu'on va faire. Tu me connais, je ne te laisserai jamais dans la merde.
-Comme ma première rencontre avec les zombies?
-Je ne te laisserai PLUS jamais dans la merde."

Florine s'amusait de la situation. L'excitation engendrée par ce Monsieur Paris me paraissait folle.  Je ne croyais que difficilement à ces histoires de prédiction. C'était cet homme au visage déformé qui m'inquiétait le plus.

"C'est un vampire non?
-Sûrement enfin peut être. Tu es le premier à dire qu'il ne se reflète pas dans un miroir. Mais pas un vampire comme nous. Il ne pourrait pas nous échapper aussi facilement, a dit Florine en se passant la main dans ses cheveux ondulés.
-Et ce visage...
-Ça peut être du au feu...
-Ou le soleil, a ajouté Steeve.
-Oui le soleil n'est pas pas bon du tout pour nos délicates peaux.
-Donc je dois me méfier?
-Sois juste attentif à ton environnement Psyman. Si je ne suis pas là essaie de ne pas te retrouver seul la nuit en plein coupe gorge.
-Rassurant tout ça", ai-je dit passablement énervé.

Un long silence s'est installé. Les vampires commençaient à percevoir mon inquiétude. Leur amusement était devenu discordant et ils faisaient presque profil bas.
Florine a tenu à me raccompagner jusqu'à chez moi. Même dans le métro elle tenait à jouer au garde du corps. C'était moi qui était pourtant censé la rassurer. La nuit que j'adorais devenait une ridicule source d'inquiétude dont l'origine avait un nom tout aussi ridicule : Monsieur Paris.  Putain de Monsieur Paris! Héros des légendes urbaines vampiriques, élevé au rang de fondateur du Conseil Vampirique. Florine ne se doutait pas encore qu'il serait le point de départ de bien des soucis...