mercredi 29 octobre 2014

Patient : Mahaleo. Entretien : 3



Entrer dans la maison s'était avéré plus compliqué que les fois précédentes. Le couple était devenu méfiant depuis l'épisode de la tasse volante. Il commençait à douter des mes capacités de chasseur de fantômes. L'attitude de Steeve n'arrangeait pas les choses. Son look les avait fait sursauter. Apparemment le combo chapka/marcel blanc n'était pas à leur goût. Je lui avais demandé pourquoi il s'était habillé ainsi. Il avait répondu un désinvolte "ch'ais pas". Mais les locataires, visiblement toujours stressés par la cohabitation forcée avec les revenants, avaient fini par nous ouvrir la porte et nous laisser travailler. A mon grand soulagement Steeve voyait également les fantômes. Nous nous sommes installés dans le grenier. Au début les chaises ont gigoté témoignant, selon le vampire à la chapka, de la surprise des frères poltergeist qui s'attendaient à retrouver Florine et non un énergumène grimé en hipster. Après deux bonnes minutes d'explication le calme est revenu.

"Là Benja dit que t'as déconné en v'nant pas, m'a dit Steeve en croisant les bras.
-Quoi? En ne venant pas quand?
-Ah ok, en fait ils parlent des dernières semaines. Les mecs, il était à l'hosto, Florine a du vous le dire non?"
Je ne me faisais toujours pas à ces interlocuteurs invisibles. Déjà que Steeve me paraissait allumé le voir s'adresser à des chaises vides le rendait encore plus fou.

"Là Mahaleo te demande ce que sera la prochaine étape?
-L'étape de quoi? ai-je répondu en me tournant vers le vampire et en me tenant le visage entre les mains.
-Bah l'étape de..ah...ok...l'étape du programme faire de Mahaleo un super fantôme.
-Ce n'est pas ça l'idée. L'idée c'est...
-Ah non non c'est ça l'idée ils me disent, c'est tout à fait ça l'idée man! Ils sont formels, m'a interrompu Steeve.
-Non, ce n'est pas ça l'idée!"

J'essayais de garder mon calme. Je n'étais pas au summum de ma forme physique. Je me sentais encore cassé de partout. Je ne voulais pas débattre avec toute la fratrie et Steeve. J'ai donc demandé aux trois sièges posés près du mur de bien vouloir nous laisser seuls avec Mahaleo.

"Mahaleo, comment se passe la cohabitation avec le couple de locataires maintenant? ai-je dit à la chaise vide du milieu une fois assuré que Benja et Solofo étaient partis.
-Il dit qu'il arrive à faire tomber de petits objets genre bibelots ici ou là. Une salière, un stylo, une fleur, une pince à linge...
-Oui oui j'ai compris.
-Des objets de toute sorte, des trucs manufacturés quoi.
-Manufacturés? Non rien, oublie, continue.
-Il disait donc qu'il fait tomber des objets mais qu'il se planque toujours illico presto en flippant comme un bébé phoque. Et du coup il attend ton prochain super conseil pour le faire aller de l'avant. Il veut enfin devenir la fierté de ses frères."

Steeve me regardait les yeux grand ouverts. Il écartait les mains m'invitant ainsi à prendre la parole. Moi, je fixais le sol.

"Mehdi, psst, Mehdi, me faisait le vampire pour que je dise quelque chose.
-Pourquoi ne pas envisager une cohabitation pacifique entre vous et les vivants? Que cette maison soit une sorte de colocation où chacun peut vivre en paix? Je ne veux pas que ce pauvre couple souffre des conseils que je peux vous donner Mahaleo.
-Euh man c'est pas trop la réponse qu'il attendait je crois.
-Oui mais c'est ma réponse! ai-je dit en me levant et en commençant à faire les cent pas. Vous ne pouvez pas vivre en paix sérieux? Fantômes et mortels? Qu'est ce qu'il y a craindre ou à perdre? Hein Mahaleo, qu'est ce qu'il y a à craindre bordel?
-Euh man...
-Quoi?!
-Euh...bah...il vient de partir, il a traversé le mur.
-Il a dit un truc avant de s'en aller?
-Non, attends, il revient. Il est avec ses frères. Euh...man...ils sont en colère je crois."

Les chaises ont commencé à vibrer sur place puis ont été projetées en ma direction. Malgré ma faiblesse j'ai réussi à les esquiver. Steeve s'est levé et a agité les bras pour essayer de calmer les revenants en furie. Les murs en bois tremblaient, des papiers tourbillonnaient dans la pièce.

"Je pense qu'il faut qu'on se casse man!" a crié Steeve.

Sans répondre je me suis dirigé vers la trappe à reculons, effrayé et fasciné par ce spectacle tout droit sorti de Ghostbusters. Nous sommes descendus quatre à quatre. Le plafond résonnaient de coups sourds. Le couple s'est étonné de nous voir revenir si vite.

"C'est déjà terminé? m'a demandé la femme inquiète.
-Le dialogue est difficile aujourd'hui, ils sont assez agités, ai-je lancé en remettant mon blouson.
-La soirée risque d'être un peu...compliquée, a ajouté Steeve en ouvrant déjà la porte d'entrée.
-Compliquée? C'est à dire?" a dit l'homme en bondissant du canapé.

Nous n'avons pas pris le temps de répondre et nous sommes sortis. Nous avons marché rapidement accompagnés par les bruits de la colère des fantômes qui se faisaient plus intenses. Alors que nous rejoignions la rue une explosion de verre s'est faite entendre. Une chaise, qui gisait maintenant dans le jardin,  venait de faire sauter le carreau de la fenêtre du grenier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire