mercredi 3 septembre 2014

81-Du rêve...



"Un grille pain.
-Où ça? lui ai-je demandé en plissant les yeux.
-Là, juste au bout de mon doigt. Tu as même la prise électrique à droite.
-Vu sous cet angle...peut être oui...
-C'est toi l'angle", m'a répondu Alix.

Je ne voulais pas lui dire que malgré mon imagination féconde je ne voyais aucun nuage qui avait de près ou de loin la forme d'un toaster. Je ne voulais pas la contrarier et provoquer une engueulade stupide. De celles dont nous étions de grands habitués avant notre séparation. Alors oui je pouvais voir tous les grilles pain du monde dans le ciel. 
Nous étions allongés sur l'herbe. Nos têtes collées l'une contre l'autre. Vu d'en haut nous devions ressembler aux aiguilles d'une horloge.

"Je suis contente que tu sois là. Qu'on soit là au calme Mehdi."

Alix a légèrement tourné son visage vers moi. Ses doux cheveux blonds m'ont caressé la joue. Dieu que cette sensation m'avait manqué. Elle tenait entre les mains Raoul, le Teddy lapin qu'elle m'avait jadis offert. A côté d'elle était posé un bouquet de fleurs. Mon cadeau pour ses vingt cinq ans. Je les avais choisies à l'arrache. J'étais en retard et j'étais passé par le premier fleuriste de ma rue. Dans le métro je m'étais malheureusement  rendu compte que certaines de ces fleurs étaient à moitié mortes. Mes retrouvailles avec la jolie blonde s'annonçaient mal. Il n'en a rien été. Elle a été adorable. Elle était extrêmement contente de me voir. Je ne l'avais pas vu sourire ainsi depuis si longtemps. Elle n'a pas tari de compliments au sujet de mon bouquet. Mais ce qui lui a fait le plus plaisir c'était de me voir porter une chemise rouge. 
"Enfin de la couleur!" s'était-elle écriée.

Les voitures passaient non loin, on était plus proche d'une grande aire d'autoroute que d'un parc et un chien jouait avec ses maîtres à dix mètres de nous mais on était bien. On chassait les nuages. 

"Un Teddy! Là! lui ai-je annoncé triomphalement en désignant un gros nuage rond qui ressemblait vaguement à un ours en peluche.
-Oh oui, un Teddy! Regarde Raoul, un Teddy comme toi", a dit Alix en levant la peluche lapin au ciel.

Je voulais lui dire à  quel point j'étais fou d'elle. Que je la trouvais magnifique. Que je l'aimais. Mais je me suis tu et je l'ai regardé jouer avec Raoul et les nuages.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire