jeudi 24 juillet 2014

74-La dernière séance


Florine avait enlevé ses rangers et s'était assise en tailleur dans son fauteuil. Je ne voyais pas comment cela pouvait être confortable. Son genou droit tapait par intermittence contre mon bras posé sur l'accoudoir. J'avais beau le lui faire remarquer elle restait assise ainsi. C'était la première fois que nous allions au cinéma ensemble. Et pas dans n'importe quel cinéma. Non, un petit complexe près du boulevard Saint Germain dont le propriétaire n'était autre que le Conseil Vampirique. Si rien à priori ne le distinguait des autres ensembles de salles obscures il avait cette particularité de proposer des séances à partir d'une heure du matin uniquement réservées aux vampires. Florine me confiait qu'elle y allait assez peu, qu'elle aimait se mêler aux mortels lors de séances traditionnelles. Mais, le Conseil avait fait passer un appel à la vigilance et la vampirette de rentrer dans le rang, temporairement en tout cas. L'affaire Sacha n'était visiblement pas digérée et les pontes du Conseil devaient être un chouilla paranos. Florine semblait finalement y trouver son compte. Ça l'amusait de m'emmener dans ce lieu aux sièges recouverts de velours mauve. Visiblement ça amusait moins les autres spectateurs aux teints livides. Certains ne cachaient pas leur exaspération de me voir là à coups de grands mouvements de bras. Je pouvais les comprendre. Un mortel avait le choix du cinéma et de l'horaire. C'était plus délicat pour un vampire. J'étais un intrus parmi cette assemblée. Mais Florine s'en fichait. Elle était particulièrement gentille avec moi (malgré son genou gênant). Elle s'excusait de n'avoir rien à m'offrir à manger ou à boire. Seuls des red étaient disponibles au comptoir. Je chaussais mes lunettes. Ce qui m'a valu les moqueries de ma voisine. A chaque fois qu'elle m'adressait la parole elle commençait par : "hey binoclard". Ça la faisait rire. Je trouvais ça crétin. C'était de l'humour d'ado. Ce qu'elle était encore dans le fond, pour toujours.

"Hey binoclard, c'est bien que tu cherches à t'intégrer. Deux heures dans le noir avec des buveurs de sang c'est vraiment de l'ouverture d'esprit.
-Ça fait des mois que je côtoie des vampires, on ne peut pas dire que je manque d'ouverture d'esprit.
-Mine de rien tu vas finir par nous ressembler. Faut juste que je te morde.
-Si tu me mords tu vas devoir t'autopourchasser et t'autoéliminer."

Ma blague ne lui a pas plu. Elle a grimacé en détournant son regard du mien. La salle n'était pas remplie mais le nombre de spectateurs vampiriques suffisait à ne pas me mettre tout à fait à l'aise. De temps en temps je tournais la tête. A droite, à gauche, derrière. Je voulais visualiser mes bourreaux potentiels. C'est là que j'ai vu  Rita s'asseoir au milieu de la rangée la plus haute. Nos regards se sont croisés. J'ai souri. Elle a souri. J'ai vite repris ma position pour ne pas éveiller les soupçons de Florine.

"C'est quoi ce sourire?"
Florine m'avait capté.
"C'est...le choix du film qui me fait sourire. Un type qui tombe amoureux de son IPhone.
-Hey respect, il a eu l'Oscar du meilleur scénario et si tu avais un IPhone crois moi tu en serais vite accro. 
-Si tu n'avais pas insisté je ne serais pas venu. Ça m'a l'air chelou comme truc.
-Moi je voulais voir un film sur des ninjas détectives qui voyagent dans le temps mais ils ne le programment pas ici.
-Ils le programment nulle part je pense."

 Elle n'avait pas vu Rita arriver. Ni même perçu ma poussée de libido soudaine à l'entrée de la vampire gitane. J'étais troublé par sa présence dans la salle. Nous nous tournions autour par sms et coups de fil interposés mais évitions de nous croiser. En grande partie à cause de Florine. Et puis c'était une vampire et moi non. J'étais tenté de tourner à nouveau la tête pour la voir mais la vampire à côté de moi trouverait ça suspect. C'était frustrant. J'anticipais également la fin du film et la sortie du ciné. Que faire si nous croisions Rita? Je commençais à élaborer des stratagèmes pour que cela n'arrive pas. D'habitude j'aimais aller au cinéma. Même si cela arrivait de moins en moins souvent. Mais là je ressentais comme un malaise. Je n'étais pas à ma place. Les lumières se sont lentement éteintes. Florine faisait des "chut" avec l'index devant la bouche. Je me suis calé bien au fond de mon siège et j'ai essayé de me vider l'esprit.
Florine vivait le film. Elle serrait les mains devant elle, les yeux grand ouverts, gardant tout du long un sourire béat. Pourtant on était loin du film de ninjas. C'était une bluette chiante et convenue. A chaque passage censé être amusant elle riait et se tournait vers moi. Je souriais pour donner le change. Je n'étais plus avec ma patiente mais avec ma petite cousine. Je m'ennuyais. Je n'étais pas le seul à en croire les gens qui quittaient la salle en cours de film. J'ai profité d'une de ces sorties pour regarder discrètement par dessus mon épaule. Rita était toujours là. Elle buvait une bouteille de red. Et elle me regardait.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire