vendredi 17 janvier 2014

51-Nouvelle année


Sacha inspectait le centre dans les moindres recoins. Il tenait devant lui, à bout de bras, un appareil électronique doté d'une antenne. Il vérifiait le "taux d'émanation d'ondes électromagnétiques". Florine avait voulu le lui arracher des mains et le balancer par la fenêtre mais j'étais intervenu à temps. Même si je lui demandais poliment d'arrêter je laissais Sacha faire. Pour moi c'était comme un chat qui marque son territoire. Enfin, un drôle de chat étant donné qu'il pouvait se transformer à tout moment en loup garou. Il avait accepté, à grand regret, de ne pas porter son chapeau en aluminium. C'était le dos courbé qu'il passait entre les tables et les quelques meubles de la pièce. L'endroit ne ressemblait plus à un dépotoir poussiéreux. Ça ne ressemblait toujours à rien de précis mais au moins on n'avait plus envie de tourner les talons en y venant. Oliver et Steeve avaient apporté un vieux frigo que nous avions casé près de l'évier. Sacha s'était empressé d'y mettre ses bières au frais. Il se baladait toujours une bouteille dépassant de la poche gauche de sa veste. Apparemment nous avions affaire à un loup garou schizophrène et alcoolique. Il avait fait la connaissance de Robert. Il n'avait pas remarqué que c'était un zombie. Il lui avait parlé pendant près d'une heure sans rien voir d'étrange. Le mort vivant poussait pourtant d'inquiétants râles.
Plus tard dans la soirée le loup garou avait apostrophé Florine alors qu'elle venait d'ouvrir une bouteille de Red.
"C'est du sang humain hein? lui avait-il demandé.
-C'est du sang quoi, avait répondu la vampire passablement énervée en agitant sa bouteille.
-Du sang de pauvres esclaves humains que vous mettez dans de grandes presses hydrauliques avant de les écraser pour en extraire la moindre goutte de sang je suis sûr!
-Pfff n'importe quoi. On a un réseau parallèle de poches de sang. Des poches qui pour des raisons ou d'autres sont inutilisables en médecine. Ça et du sang animal.
-Ha ha! Vous privez de pauvres gens innocents de sang salvateur et vous assassinez de petits animaux sans défense. Pas étonnant que vous n'aimiez pas les loups garous. Un complot de vampires tout ça!
-Mais tu écoutes ce que je dis oui ou merde? Et puis pourquoi je me fais chier à me justifier...
-Refus de répondre, réaction typique de quelqu'un qui a des choses à cacher."
Voyant que la situation pouvait rapidement dégénérer j'ai demandé poliment à Sacha de passer à autre chose et d'aller discuter avec Oliver, Steeve ou Robert.
"Dis Psyman, on est le trente et un décembre, laisse moi tuer Sacha pour finir en l'année en beauté.
-Va falloir t'y habituer ma brave Florine. C'est ça le fabuleux monde de la psychologie."
Même si Sacha était agaçant il venait de poser une question à laquelle je n'avais jamais cherché de réponse : d'où vient le Red? Il y avait vraiment autant de poches de sang jetées au rebut et détournées par le Conseil Vampirique? Et les vampires de France et de Navarre acceptaient-ils si facilement d'ingurgiter de l'hémoglobine d'animal? J'évitais de pousser trop loin mes réflexions au risque de me pourrir les dernières heures de 2013.
Pour dignement fêter le réveillon j'avais préparé un petit buffet tout en chipsters et champomy. Ça faisait rager les vampires qui tournaient essentiellement au sang frais entreposé dans le frigo. Malgré tout ils picoraient parfois dans les paniers à apéritifs salés et ne crachaient pas sur les m&m's. Florine avait préparé pour Robert des bouteilles renfermant une bouillie de cervelas de mouton. Elles côtoyaient les canettes de Dr Pepper sur la table. La vampirette servait le zombie même si ce dernier était à mon avis capable de se débrouiller (il arrivait bien à utiliser la clé ouvrant la lourde porte en métal menant à son local EDF familial). Nous avions mis de la musique. Mais par soucis de discrétion le volume n'était pas fort. Ça faisait plus musique d'ambiance. Florine voulait qu'on fasse "péter les watts". Nous avons du lui expliquer à plusieurs reprises que cela n'était pas possible. Nous étions six : Florine, Steeve, Oliver, Robert, Sacha et moi. Six jusqu'à l'arrivée surprise de Ricky Woodford. Lorsque la sonnerie de l'interphone a retentit j'ai sursauté. J'ai fébrilement appuyé sur le bouton d'écoute.
"C'est Ricky! Je viens vérifier le bon fonctionnement de nos intérêts" a t-il lancé de sa voix nasillarde à travers le haut parleur.
Il a été accueilli chaleureusement par Florine.
"Welcome dans le centre 666 Ricky!"
Bizarrement Oliver et Steeve l'ont presque ignoré. L'administratif du Centre Vampirique est tout de suite entré dans le bain. Il s'est montré extrêmement gentil avec tout le monde. Il ne savait bien sûr pas qu'il venait de serrer la main de Sacha, le loup garou. Et j'ai du, pendant toute la soirée, mettre en garde le lycanthrope de ne rien révéler de son secret. Ricky m'était sympathique mais dans ces circonstances il prenait pour moi des allures d'espion.
"Tout cela c'est au moins cent dix neuf pourcent de fun avec une plus value supérieure à l'inflation!" disait Ricky en se trémoussant au milieu de la pièce.
Oliver tentait d'enseigner un poème de Byron à Robert. Au bout d'un quart d'heure d'effort vain il a prétexté une petite soif pour s'éloigner du zombie. Il a mis de côté ses velléité poétiques pour se boire deux Red coup sur coup. Steeve s'occupait beaucoup du mort vivant. Il avait fait naître chez lui un certain gout pour la guitare. Et, par je ne sais quel miracle, lui avait appris quelques accords. Robert les jouait de façon laborieuse mais pour un zombie ça me semblait incroyable. Nous avons eu droit à quelques titres de Nirvana alors que nous entrions dans la derrière demi-heure de 2013. Steeve chantait et grattait. Le zombie l'accompagnait timidement faisant retentir les cordes de son instrument qu'à de rares occasions. Florine agitait la tête en rythme. Elle regrettait de ne pas avoir sa batterie sous la main. J'avais eu l'occasion de l'entendre à nouveau joué de son instrument deux jours auparavant alors que je faisais un rapide passage chez les colocataires vampiriques. C'était une catastrophe. Elle m'avait joué sunday bloody sunday de U2. Sa version ressemblait à tout sauf au célèbre titre du groupe irlandais. Du coup à sa remarque sur l'absence de batterie dans le centre 666 je me suis fendu d'une réponse toute diplomatique.
"Tu sais, ça ferait trop de bruit. De la batterie en pleine nuit ça attirerait les curieux"
L'honneur était sauf.
Nous attendions Jeanne. Elle avait dit à Florine qu'elle passerait avant minuit. J'appréhendais la rencontre entre Sacha et Jeanne. Même si finalement il avait plutôt bien accepté l'existence des vampires. Le loup garou était vraiment barge et j'avais du mal à anticiper les choses avec lui. On avait prévu de célébrer le passage à la nouvelle année sur le toit. C'est au moment où on s'équipait de bouteilles et d'un paquet de chips qu'on a entendu un grand bruit sourd en dessus de nous. Nous nous sommes hâtés, Florine poussant Robert dans les escaliers et Sacha fermant la marche. Étalée de  son long sur le sol du toit Jeanne jurait comme un marin.
"Putain de bordel de Dieu! J'ai loupé mon atterrissage."
Elle s'est redressée puis s'est accroupie en repliant ses ailes. Elle était impressionnante ainsi, avec sa gueule grande ouverte de laquelle s'échappait de la fumée à cause du froid.
"Oh purée!" s'est écrié Sacha en avalant une gorgée de bière. J'ai fait les présentations. Robert lui a serré la main sans crainte. Ricky Woodford en a fait de même. A l'aise en toute circonstance. Florine avait déjà briefé la communauté de vampires.
"Bienvenue au centre 666!" lui ai-je dit en ouvrant les bras tel un monsieur loyal.
Sacha s'est coiffé d'un chapeau en papier aluminium sorti d'une poche de sa veste et, une bière à la main, a salué Jeanne.
"Drôle de chapeau, lui a t-elle répondu.
-Drôle de...vous, a rétorqué le loup garou.
-Je peux visiter l'endroit? m'a demandé la créature ailée.
-Attendez, attendez, il va être minuit!" a crié Florine.
Nous nous somme approchés du bord du toit, celui depuis lequel on pouvait apercevoir la tour Eiffel (à moitié cachée, certes). Seule Jeanne n'avait pas de bouteille à la main. On regardait tous au loin. Florine faisait le décompte en s'aidant de son smartphone. 
"5, 4, 3, 2, 1...BONNE ANNÉE!"
On s'est tous mis à crier. Nous étions au diapason de Paris. Du concert de klaxons, des hurlements, des bruits de tambour improvisé. Steeve a serré Robert dans ses bras. Ricky m'a fait un lever de pouce en me promettant une année pleine de péripéties administratives. Florine m'a posé une main sur l'épaule avant d'approcher son visage du mien pour me faire la bise. J'étais surpris. Le contact de sa peau contre la mienne était aussi troublant que froid. Malgré tout je lui ai retourné le geste. J'étais gêné. Elle aussi je pense. Heureusement qu'Oliver s'est mis à entonné auld lang syne, le ce n'est qu'un au revoir dans sa version originale. On l'a écouté silencieusement. Seul Ricky fredonnait l'air. C'était juste beau. La vampirette a posé sa tête contre mon bras. 
"Joyeuse année Psyman, m'a dit Florine presque en chuchotant, sans me regarder.
-Joyeuse cent trente septième année Florine".
Un an auparavant, à la même heure, j'étais sur mon ordinateur à taper des notes sur mes patients. Fêter la nouvelle année avec des vampires, un zombie, un loup garou et une gargouille était devenue une chose normale. Cinq mois s'étaient écoulés depuis ma rencontre avec Florine et je vivais un des moments les plus extraordinaires de ma vie. 
Après ce temps de quasi recueillement nous nous sommes remis à boire, parler et manger. Jeanne piochait dans le paquet de chips que je tenais. De sa grosse main sale elle a pris une pleine poignée qui a vidé le sachet. Il faisait bien froid et entre deux gorgées de Dr Pepper je soufflais une grosse buée blanche. Voyant ma souffrance de mortel frileux Florine a proposé au groupe de redescendre à l'étage pour continuer la "fête".
C'était sans compter la chute de Robert.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire