lundi 27 janvier 2014

52-La chute du zombie



"Chute dans le peloton!" a crié Sacha après avoir bu une gorgée de bière.
Robert venait de tomber d'une hauteur de cinq étages. C'était l'accident bête. Florine, en voulant le faire redescendre dans le centre, a maladroitement tapé un peu trop fort sur l'épaule squelettique du zombie. Le mort vivant s'est trouvé déséquilibré et a basculé dans le vide.  La chute libre n'a duré que quelques secondes mais cela m'a paru une éternité. Tout se déroulait au ralenti. Lorsque le corps putréfié s'est écrasé dans un bruit sourd dans la rue j'ai regardé la vampirette. J'attendais une réaction instinctive de sa part. Un saut magistral pour secourir son pote. Mais elle s'est juste tournée vers moi, les yeux grands ouverts. Elle était visiblement surprise par ce qui venait d'arriver. C'est Jeanne qui, la première, a voulu aider Robert.
"Bougez pas, je vais le chercher". Et elle a déployé ses ailes.
Florine l'a arrêté dans son élan.
"Non Jeanne c'est moi qui y vais! Oliver, viens avec moi!"
Elle s'est engouffrée dans l'escalier à une vitesse supersonique. Oliver a eu du mal à suivre le mouvement. Sacha se penchait pour voir le mort vivant gisant sur le trottoir. Bizarrement je n'étais pas inquiet. Peut être parce que Robert était déjà techniquement mort et je savais que Florine arriverait près de lui avant qu'un quidam fêtard ne le voit. Néanmoins je suis aussi descendu. Jeanne et Sacha sont restés sur le toit. Dans le centre 666 Steeve et Ricky, qui n'avaient pas assisté à la chute, m'ont interpellé, ne comprenant pas l'agitation ambiante. Lorsque je leur ai expliqué la situation le colocataire de Florine a pris la poudre d'escampette et s'est précipité dans l'escalier de secours pour rejoindre son ami zombie. Ricky scandait des "flute, flute, flute". Après m'être assuré qu'il allait bien (je le sentais paniqué) je suis descendu à mon tour.
Robert était tombé côté rue. Le risque d'exposition n'était pas grand, l'endroit n'étant visiblement pas très fréquenté par les Parisiens avinés de ce tout récent premier janvier. Déjà Florine avait redressé le mort vivant. Il était assis, adossé à l'immeuble. On pouvait distinctement repérer le lieu de l'impact. De petits bouts de chair et quelques traces de sang étaient éparpillés au sol. Quelque chose clochait dans le visage déjà hideux de Robert. Sa mandibule s'était détachée d'un côté. Elle avait déjà été fixée  auparavant par un fil de fer par Steeve mais là c'était l'accroche naturelle opposée qui s'était arrachée. Le zombie agitait la tête de droite à gauche. Le bas de sa mâchoire se balançant comme une porte battante. Steeve était à genoux et tentait de rassurer son ami.
"T'inquiète mon pote, on va te réparer ça, j'suis un bricolo, t'le sais bien hein".
Mais Robert continuait ses mouvements de tête. On aurait dit un automate dans une maison de l'horreur. Florine lui a remis sa capuche et a commencé à le relever.
"Il faut qu'on remonte!"
Oliver l'a aidé. Je faisais le guet. Pas un chat. Mais au loin des cris, des célébrations. Certains n'en avaient pas fini avec le passage à la nouvelle année. Alors que les vampires traînaient le zombie et contournaient l'immeuble pour regagner l'entrée j'ai aperçu à une fenêtre du bâtiment d'en face une femme. Après m'avoir fixé pendant de longues secondes elle est rentrée chez elle. Nous avait-elle vu? Déjà au loin Florine m'appelait et me pressait de les rejoindre. Tout en me dirigeant vers me camarades je me retournais de temps à autre pour voir si la dame réapparaissait. Dans le centre 666 tout le monde s'affairait autour du zombie. Steeve avait déjà trouvé un fil de fer qu'il tentait de façonner pour qu'il tienne judicieusement la mandibule du sauteur involontaire. Sacha avait du mal à saisir la situation.
"Je me trompe peut être mais faudrait l'emmener à l'hôpital non?
-Ferme la!" lui a répondu une Florine stressée.
Robert ne semblait pas vouloir de cette aide. Il était assis contre la baie vitrée. Il repoussait mollement les bras des uns et des autres. Steeve a tout juste pu rattacher la mandibule. La tension était palpable. Il y avait quelque chose d'éminemment pathétique chez cet amas de chair pourrie qu'était Robert. La chute avait aggravé sa laideur et endommagé considérablement ses articulations. Il râlait de plus en plus fort.
"Chut, chut mon pote" lui faisait Steeve.
Mais Robert a crié. Un son guttural et puissant. Puis un autre cri et un autre. Florine était en panique. Elle s'était mise les mains sur les oreilles en répétant "j'suis désolée, j'suis désolée" en faisant les cent pas devant lui. Jeanne essayait de la calmer. Ricky levait le doigt pour demander l'autorisation de parler. Ça partait violemment en sucette. J'ai alors demandé à tout le monde de sortir et de me laisser seul avec Robert. Les vampires, très liés au zombie, ne voulait pas partir. Mais j'ai insisté. Devant le sérieux de mes propos Florine a emmené le petit groupe à l'étage inférieur. J'étais seul avec le mort vivant. Je me suis assis en tailleur face à lui.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire