dimanche 1 décembre 2013

44-Le grand oral


Ricky Woodford arpentait à coups de pas sautillants le long couloir qui menait à la salle où j'allais passer mon grand oral pour mon projet de centre d'accueil nocturne. De temps en temps il s'arrêtait pour réajuster son vilain nœud papillon noir à pois blancs.
"Quel honneur! Quel honneur!" répétait-il en me regardant. 
J'ignorais ce qui m'attendais derrière la grosse porte métallique que je fixais sur ma droite. Le mal de fesses ou les fourmis dans les jambes que me provoquait le banc sur lequel j'étais assis n'étaient rien à côté de mon inquiétude. Florine n'était pas là pour me soutenir et Ricky n'aurait pas le droit d'entrer dans la salle. Comment le jury des anciens allait-il me considérer? S'ils avaient accepté de me rencontrer c'était déjà un signe positif. Mais une fois face à eux comment allaient-ils réagir?
"Les anciens, quel honneur pour un mortel, un honneur!" reprenait le vampire spécialiste de l'administratif.
 Soudain la porte s'est ouverte. Elle grinçait. Un homme habillé de noir s'est glissé dans l’entrebâillement. Il m'a fixé d'un regard bleu glaçant. Il m'a fait une mou vexante puis il s'est tourné vers Ricky.
"Il peut entrer" lui a t-il dit. Et il a de nouveau disparu dans la salle.
Le vampire au nœud papillon m'a fait signe de me lever, impatient. J'étais de plus en plus nerveux. Je me suis dirigé vers la porte. Ricky a levé son pouce en me faisant un clin d’œil. La salle ressemblait à un tribunal avec une sorte de long pupitre en bois marron qui surplombait la pièce remplie de bancs et de chaises. Les murs et le plafond témoignaient d'un passé de carrière souterraine. L'air était frais et humide. La lumière était plus faible que dans l'open space. Le tout donnait une ambiance assez lugubre au lieu. Une fois mes yeux bien habitués à cet éclairage particulier j'ai pu nettement distinguer le jury. Ils étaient trois à siéger en hauteur. Le vampire du centre devait avoir dans les quarante années mortelles mais sa calvitie naissante pouvait témoigner de dix ans de plus. Il arborait de petites lunettes (dont l'intérêt devait être esthétique ou alors par habitude étant donné que d'après Florine les vampires ont une excellente vue) qu'il a réajusté en me voyant m'approcher. Il avait l'air étrangement étonné. A sa gauche était assis un vampire qui ressemblait à Phil, le colocataire de Florine, en plus vieux. Même si cela était relatif étant donné qu'un buveur de sang peut avoir l'air jeune mais vivre depuis plusieurs siècles et inversement. Il avait les mêmes cheveux gominés en arrière et l'air aussi sévère. Ses joues en revanche étaient ridiculement creusées et d'énormes cernes enlaidissaient son visage. Il écrivait sur ce que je supposais être un grand cahier. Tout à droite était assis le personnage le plus étrange de l'assemblée. J'ai mis du temps à comprendre les traits de sa face. Je le trouvais monstrueux. Il était chauve, son nez était atrophié et ses oreilles étaient pointues. Ses canines dépassaient largement de sa petite bouche fine. Quand il agitait les mains je distinguais de longs doigts crochus et des ongles semblables à des griffes. Lorsqu'il s'est mis à parler à ses collègues je n'ai pas compris un traître mot. A l'accent cela devait être une langue slave. En contrebas des trois vampires, à ma hauteur, il y avait le type en noir qui était venu me chercher. C'était une sorte d'intendant à en croire ses gesticulations dans la pièce où résonnaient ses pas.
"Approchez, n'ayez pas peur" m'a dit le vampire à lunettes qui semblait présider la séance.
J'ai avancé timidement, quelques feuilles dans la main que j'ai déposées sur une petite table.
"Mehdi S., c'est ça? Mehdi, a t-il repris en réajustant ses lunettes. Tout d'abord soyez le bienvenue dans notre humble lieu de conseil. Rares sont les mortels qui ont eu ce privilège. Mais apparemment vous avez un bon parrain, la pétillante Florine.
-Mer...merci. Oui, Florine sait ouvrir les portes on va dire, répondais-je assez maladroitement tentant une pointe d'humour.
-Attendez qu'on vous donne la parole" m'a lancé sèchement le vieux sosie de Phil.
Cela m'a refroidi. Par ces quelques mots il m'a rappelé que j'étais en terrain hostile. Mais son acolyte de droite a échangé quelques mots à voix basse avec lui et a ponctué le tout d'un mouvement des deux mains qui voulait sûrement dire "du calme".
"Vous savez ici on a nos us et coutumes et mon collègue voulait juste vous l'expliquer, à sa façon, a dit le président d'un ton posé. Vous êtes ici car nous avons sélectionné votre projet. Un centre d'accueil nocturne pour vampires c'est ça? Vous pouvez répondre, a t-il ajouté en me souriant.
-Un centre d'accueil nocturne oui Monsieur mais pas uniquement pour vampires. L'idée est que ceux que j'appelle les êtres de la nuit en souffrance puissent se rencontrer et sortir un peu de leur solitude.
-L'idée est intéressante, a répondu l'homme à lunettes en hochant de la tête.
-Pourquoi les vampires devraient se mélanger à des zombies ou que sais-je? a continué l'homme à sa gauche.
-Peut être parce qu'ils s'ennuient tout autant. Qu'il souffrent de la même façon. Les états d'âmes pèsent moins lorsqu'ils peuvent être partagés. Je pense que Florine a pu vous prouver qu'il existait des ponts entre tous les êtres de la nuit."
A ces mots le vampire monstrueux s'est agité et a sifflé quelque chose à celui du milieu. Je distinguais quelques mots dont la consonance rappelait l'Europe de l'est.
"Mon collègue dit que Florine n'est pas un exemple pour notre race, libre à lui de penser ce qu'il veut, sachez que cette opinion n'est pas partagée par tous, a repris le vampire du centre. Revenons à nos affaires. Votre projet a l'air innovant. Mais des rumeurs circulent. Elles disent que ce loup garou, Sacha c'est ça? récemment apparu dans la région pourrait intégrer votre centre. Je pense que vous savez que vampires et loups garous ne font pas bon ménage.
-Je vous rassure Monsieur, il n'y aura pas de loup garou d'accueilli, mentais-je.
-Vous savez, nous, la parole des mortels..."s'est senti obligé d'ajouter le vampire de gauche aux joues creuses.
 Mon grand oral avait des allures de bon flic/mauvais flic. Je ne savais pas si c'était une stratégie ou si cela était juste le témoignage des dissensions internes au sujet des non vampires.
"Vous êtes psychologue et la tentation est grande de vouloir aider tout le monde mais les loups garous doivent rester loin des vampires. Croyez en ma longue expérience, continuait le vampire aux lunettes.
-Je vous assure que Sacha le loup garou restera loin de notre petit groupe thérapeutique"
Je leur souriais et je leur mentais. Florine m'avait dit de ne pas me dégonfler et de ne rien leur dire pour le lycanthrope. Mais je savais que ça finirait par se savoir. Néanmoins il leur serait plus difficile d'agir une fois le centre mis sur pieds. Les choses se passaient mieux que prévues mais le vilain vampire de droite aux oreilles pointues s'agitait dès que j'ouvrais la bouche. Il était gêné par ma présence, c'est sûr. La discussion a repris. Toujours dirigée par le vampire au début de calvitie.
"Nous aimons soutenir les idées novatrices quand elles ont pour but le soutien de notre communauté. Et aussi loin que je me souvienne personne n'avait vraiment pris en compte la souffrance psychologique des vampires ni celles des autres. Et surtout pas un mortel. J'aime votre audace et la caution de Florine a son importance à mes yeux. Nous allons voter. Sachez que si votre projet est accepté le Conseil se chargera de trouver un local et financera ce qu'il faut. J'ai ici même un mot de Florine disant que votre combat charitable vous fait perdre de l'argent. Eh bien si le vote se déroule en votre faveur nous saurons nous montrer reconnaissant"
Le vampire hideux sans nez grognait d'exaspération et crachait des mots dans sa langue. Au vue de l'énergie qu'il y mettait et des postillons qui sortaient de sa bouche il devait être en train de me maudire sur vingt générations. Mais l'intendant s'est porté à son niveau et lui a parlé dans la même langue. Cela a eu pour effet de le calmer. Le vampire aux cheveux gominés n'arrêtait pas de prendre des notes. Il remplissait feuille sur feuille en me jetant de temps en temps un regard ponctué d'un lever de sourcils. A aucun moment le jury ne m'a convié à m'asseoir. Je suis resté debout, face à eux. J'avais l'impression d'être un prévenu à son procès.
"Quelles sont vos relations avec Florine? m'a brusquement demandé celui qui passait son temps à écrire.
-Mes relations...c'est à dire? J'étais décontenancé.
-Oui, vos relations. Des choses se murmurent ici ou là et on connaît l'attirance de certains mortels pour nos jeunes congénères, continuait-il en persiflant.
-Nos relations sont purement professionnelles. Je vous l'accorde le fait qu'elle soit ma patiente et mon assistante est assez étonnant. Mais ça fonctionne plutôt bien dans l'ensemble. On a sûrement créé quelque chose de nouveau et qui est profitable pour tout le monde
-Que les choses en restent là. Nous tenons à garder notre race la plus pure possible et Florine a trop souvent tendance à l'oublier. Son envie de trouver un "psy" l'a amené à côtoyer un peu trop d'humains à notre goût. Comme si nous n'avions pas de psychologues parmi nous, tsss.
-Reconnais que nous n'avons effectivement pas de psychologues parmi nous, lui a signifié son collègue de droite. Nous n'avons jamais pris le temps de nous pencher sur cette question intéressante de la souffrance psychique parmi les nôtres mon cher Arnick."
Arnick, enfin je connaissais le prénom d'un des membres du jury qui n'avait même pas pris la peine de se présenter. Je comprenais mieux pourquoi mon projet les intéressait et pourquoi je pouvais malgré tout côtoyer Florine si facilement. La psychologie des vampires étaient une chose secondaire pour eux. J'imaginais que les Arnick et autres Phil faisaient partie d'un courant majoritaire où la race vampirique était sublimée. Un vampire ne pouvait pas avoir de défaillance psychique, jamais. La petite vampirette avait fait bouger les lignes. Décidément son importance au sein de la communauté des êtres de la nuit se renforçait à mes yeux.
"Nous n'allons pas vous retenir plus longtemps, vous devez être fatigué en cette heure avancée de la nuit. Nous allons délibérer et nous vous communiquerons notre décision"
Le vampire qui présidait l'oral me congédiait prestement. Le vampire chauve m'a fait un signe de la main qui clairement voulait dire "du vent!". Arnick ne m'a pas calculé, il se tournait déjà vers ses acolytes pour discuter. Le vampire en noir ramassait un paquet de feuilles et s'est porté à mon niveau.
"Vous devez partir" m'a t-il dit en me pressant le pas.
J'avais l'impression de me faire chasser. J'ai tout juste eu le temps de récupérer les quelques notes que j'avais mises sur la table à côté de moi. Je suivais l'intendant. Il a entrebâillé la porte et je suis sorti. J'ai voulu bredouillé quelque chose comme "merci" ou "au revoir" mais à peine m'étais-je retourné qu'il avait déjà claqué la grosse porte en métal. Ricky Woodford était là, tout sourire. Il trépignait d'impatience de savoir comment ça c'était passé.
"Alors, racontez moi jeune aventurier de la télématique vampirique!
-Euh...c'était...étrange. Un mélange de convivialité et de froideur digne du couloir de la mort.
-Bienvenue chez les vampires!" m'a répondu Ricky en ricanant de sa voix nasillarde.
Il m'a raccompagné vers la sortie. Sur le trajet tout le monde me dévisageait. Plus que la fois précédente. Comme si je venais de réaliser un exploit hors du commun ou de commettre la plus grande des faute. Seul Ricky était bienveillant avec moi. Dans l’ascenseur il m'a vanté les mérites de sa dernière acquisition : une superbe montre calculatrice. A l'accueil la secrétaire aux cheveux tirés m'a interpellé.
"Florine ne vous attendra pas ce soir. Elle vous souhaite une bonne soirée
-Merc..."
Je voulais la remercier mais avant même que je puisse ouvrir le bouche elle a plongé son regard dans son écran d'ordinateur. Elle ne voulait clairement pas que je lui parle.
Monsieur Woodford m'a serré la main. Toujours cette main froide et molle caractéristique des vampires. En sortant de l'hôtel particulier où siégeait le Conseil j'ai soufflé un bon coup. Je me suis dit que finalement tout s'était bien passé. Mais je doutais de l’issue du vote. Et surtout je devais absolument demander à Florine des renseignements sur cet étrange vampire chauve aux oreilles pointues.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire