samedi 5 octobre 2013

Patient : Robert. Entretien : 4


A ma grande surprise Robert n'est pas dans son local EDF mais dehors, sur le bord de quai, accompagné par Steeve. Le zombie tient (approximativement) une guitare sèche. Le vampire assis à ses côtés tente de lui enseigner un accord. C'est ici que je mène l'entretien, en présence de Steeve donc.

Je me rends rapidement compte que le zombie a la mâchoire rafistolée avec un fil de fer (par Steeve). Sa diction est pénible à l'écoute. Steeve m'aide à comprendre les propos de Robert. Robert me dit que le vampire lui rend souvent visite, plus que Florine. Il vient le chercher dans le local et ils se posent près de la Seine pour jouer de la guitare. Le zombie dit que c'est la première fois qu'il trouve de l'intérêt dans quelque chose depuis son "réveil" dans le cimetière. Il dit que sans le pique nique il ne se serait jamais autant rapproché du vampire musicien. Il me remercie pour ça. Il dit sortir de son local quasiment chaque soir. Laissant derrière lui sa putride famille. Il se dit "téméraire" d'oser sortir. Mais il préfère le faire en compagnie de Steeve ou de Florine (qu'il dit moins voir). Il dit qu'il a envie de revoir les étoiles, comme à Meudon. Je lui dis qu'on pourrait organiser une nouvelle sortie. Néanmoins son optimisme de début d'entretien laisse place à un discours franchement dépressif. Il dit que depuis plusieurs semaines il a remarqué qu'il se décompose plus vite qu'avant. Pire : il s'en rend compte. Il avait déjà parlé de cela, sa prise de conscience de son état grandissant. "Je deviens de plus en plus intelligent, je comprends ce que me dit Steeve mais je m'aperçois de mon état corporel...et j'ai peur" Robert se décompose gravement. D'ailleurs la guitare qu'il tente de tenir est recouverte d'éclaboussure de chair. Je croise le visage grave de Steeve à ce moment. "Je crois que je meurs" dit Robert. Même s'il précise qu'il sait qu'il meure depuis qu'il est "comme ça". Mais là "quelque chose change". Je lui demande comment on pourrait l'aider. Il dit qu'on ne doit rien changer. Je lui parle de mon projet d'accueil nocturne. Il est intéressé. Steeve se propose de l'accompagner quand ce sera en place.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire