dimanche 21 juillet 2013

29-Escalade de cathédrale


"Mais merde Florine je fais de mon mieux!"
Je tentais péniblement d'escalader la grande fenêtre grillagée de la cathédrale. Mes pieds ne trouvaient aucun appui et je glissais. La vampirette m'énervait à me dire que c'était "facile" ou que je "pouvais le faire". Elle avait atteint l'étage en un bond. J'ai finalement réussi à grimper en m'appuyant sur le rebord gauche en pierre de la fenêtre. Je montais en crabe. Florine a attrapé ma main en haut et m'a tracté avec une poigne de super héros. J'ai du m'asseoir quelques minutes pour me remettre de mes efforts. Mes mains portaient les marques de la grille et elles chauffaient tellement que j'étais obligé de souffler dessus pour calmer la douleur. J'avais du mal à croire que j'avais réussi à escalader plusieurs mètres de la façade orientale de Notre Dame de Paris.
"Il faudrait qu'on trouve un moyen plus simple de rencontrer Jeanne, ai-je dit à la petite vampire sur un ton qui trahissait mon agacement.
-C'est sûr que ce n'est pas très pratique pour toi vu ton manque de souplesse, m'a t-elle répondu sarcastiquement.
-Je suis sérieux, c'est trop haut pour un simple mortel. Ou alors tu me dégotes un jet pack.
-On en discutera avec elle, il faut qu'on grimpe encore un étage!"
Je trouvais ça aberrant de devoir encore monter d'un niveau supplémentaire. Jeanne était une gargouille, elle pouvait nous rejoindre où elle voulait, même au sol. Mais non, pour des "raisons de sécurité" Florine et elle avaient considéré qu'un rendez vous à plusieurs mètres du sol à l'arrière de l'édifice religieux le plus célèbre de Paris était la meilleure solution. Et encore une fois, en un bond, mon assistante est montée à l'étage supérieur. Même si la fenêtre semblait moins haute il me fallait me refarcir une ascension avec prise de pied quasi inexistante. A mi parcours ma main droite a loupé la grille et je suis tombé. Comme une merde. J'ai crié un violent "putain!" une fois au sol. Florine m'a fait des "chut chut" super agaçants. Même si l'édifice était en grande partie éclairé de nuit la fenêtre était suffisamment dans l'ombre pour abuser ma vue d'être diurne. Je me suis relevé en me tenant les fesses. J'avais sacrément mal. 
"Dépêche, Jeanne est là! m'a lancé Florine d'en haut.
-Bah dis lui de descendre!
-Dépêch-EUH!"
J'ai attrapé le grillage et j'ai recommencé à grimper. La vampirette m'éclairait avec son smartphone. A un mètre du point d'arrivée un bras de couleur sombre m'a attrapé la main et m'a déposé sur le rebord. C'était Jeanne, la hideuse gargouille suicidaire. C'était seulement la deuxième fois que je la voyais Elle était impressionnante de laideur. Sa mandibule légèrement prognathe, sa dentition démesurée, ses cornes et ses ailes tout droit sorties des pires représentations bibliques me foutaient la trouille. Néanmoins, en bon professionnel qui se respecte et rassuré par la présence de la petite vampire à mes côtés, j'ai tout fait pour mettre mes craintes de côté.
"Dites donc, c'est pas bien pratique comme lieu de rendez vous, lui ai-je fait remarquer encore essoufflé.
-Certes mais c'est sécure, m'a t-elle répondu.
-Oui, c'est SECURE", a insisté Florine en dessinant un rectangle dans l'air avec le bout de ses index.
Elle avait ce petit sourire agaçant qui la caractérisait. Elle était fière de se jouer de moi. Après leur avoir dit qu'on en rediscuterait j'ai invité Jeanne à s'asseoir pour que l'on commence l'entretien. Elle a grimpé sur un bras en pierre montant vers les hauteurs de Notre Dame. Comme un oiseau sur une branche. J'étais assis sur le sol froid et j'étais obligé de lever les yeux pour la voir. Le peu de lumière arrivant à notre niveau et la position de mon interlocutrice me fatiguaient les globes oculaires. D'un autre côté ça me donnait l'occasion de la regarder le moins possible. Florine s'est assise contre un mur. Elle avait chaussé ses fausses lunettes et avait sorti son gros carnet pour prendre des notes. Je me suis raclé la gorge.
"Alors, dites moi, qu'est ce qui se passe?"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire