samedi 22 juin 2013

25-Sur les hauteurs de Meudon


Mission accomplie. Nous avons rejoint les hauteurs de Meudon sans soucis aucun. Excepté l'odeur fétide de Robert due à sa constante et lente décomposition (ce qui fait de lui un être mortel). Steeve a garé le combi dans un petit parking dans la forêt. Il a laissé les phares allumés. Nous avons sortis notre matériel de pique nique. Glacières, sacs et la guitare de Steeve. Nous nous sommes installés sur une pente à la vue dégagée. De là on pouvait voir Paris. C'est sur cette pente que nous avons failli perdre Robert. Alors que nous nous installions tranquillement Robert a glissé sur l'herbe et s'est mis à faire des tonneaux. Sa vitesse devenait exponentielle et c'était un paquet de viande pourrie qui dévalait notre petite colline. Je ne me faisais pas de soucis pour lui étant donné qu'il était techniquement déjà mort. Mais Florine est intervenue en quelques secondes. Elle a fait un bond digne d'un plongeur chinois aux jeux olympiques. L'angle était si parfait qu'elle a atterri directement sur Robert et a réussi à stopper sa vertigineuse chute en enfonçant ses doigts dans la terre. J'avais tendance à oublier que c'était un être hors du commun. Elle a remonté Robert presque en le portant. Les colocataires ont à peine prêté attention à l'incident. Steeve a juste levé le pouce pour féliciter ou Florine ou Robert. Moi je trouvais ça stupéfiant. Cette dextérité, cette vitesse, cette force. Elle qui ressemblait à une adolescente gothique maigrichonne. Remontée en haut de la pente elle a fait mine de s'essuyer le front en soufflant. Elle a assis Robert. Oliver lui a tendu une bouteille qu'elle a vidé d'une traite. Elle venait d'avaler 33 cl de sang. Phil était assis plus loin, contre un arbre, derrière nous. Toujours à l'écart. Le zombie a poussé un long rôle plaintif en voyant la capitale en contrebas. Ça avait l'air de lui plaire. Steeve s'est assis à côté de lui avec sa guitare et a commencé à jouer lithium de Nirvana tandis que je mangeais un excellent sandwich triangle poulet mayonnaise. Oliver a descendu la pente de quelques mètres et, tel un acteur shakespearien, a levé la main vers le ciel et s'est mis à déclamé quelque chose en anglais. De la poésie ou du théâtre. Steeve lui a crié "shut up!" entre deux riffs de guitare ce qui a fait rire Florine. Elle a tenté d'expliquer le comique de la situation à Robert, sans succès. Le zombie semblait très intéressé par l'instrument de Steeve.
"Quoi, tu veux jouer d'la gratte mec? lui a t-il demandé.
-Argggggggghhhhh", a répondu le zombie.
Prenant ça pour un "oui" Steeve a posé la guitare sur les cuisses du mort vivant et l'a aidé à tenir le manche.
"Tu vois mec tu mets tes doigts là et ton autre main là" lui conseillait le vampire. Il s'était placé derrière Robert et tenait la main du zombie pour essayer de produire un son avec l'instrument. Robert se laissait manipuler comme un pantin. De vilains riffs s'élevaient dans la nuit. Ce qui avait le don de nous faire rire. Sauf Phil bien sûr. Tout à coup un truc a volé en l'air.
"Merde! merde!" a lâché Steeve.
Florine s'est précipitée vers la zone d'atterrissage du bidule qui avait sauté. C'était un bout du pouce de Robert qui s'était détaché au contact des cordes de la guitare. La vampirette tenait le bout de chair entre son index et son propre pouce. Elle grimaçait. Steeve se confondait en excuses. Le zombie levait la tête et râlait, regardant de temps en temps sa main amputée d'un doigt. Si en apparence ses mains étaient en bon état il était évident que le corps du zombie était bien plus fragile que je ne l'imaginais. Florine a rejoint Steeve et Robert. Elle les rassurait.
"C'est pas ta faute Steeve, personne ne pouvait prévoir qu'une corde de guitare était un moyen efficace pour débiter un zombie en morceaux. Robert, c'est rien. Tout le doigt n'est pas parti. Et il t'en reste plein!"
Ses propos n'ont pas forcément eu l'air de calmer le mort vivant qui, dans de longs râles pénibles, répétait "doigt, doigt". Elle l'a alors soulevé par le bras et lui a proposé d'aller voir les étoiles, sur l'autre versant. Les deux créatures se sont enfoncées dans le bois pour le traverser. Je les suivais quelques pas en arrière. Au sortir du bois la luminosité était moins forte. Et on voyait les étoiles. Florine a assis Robert. Elle pointait les constellations dans le ciel. Elle les connaissait toutes. Ou alors elle avait une imagination débordante. Le zombie est resté de longues minutes la mâchoire pendante. Même si on pouvait mettre cela sur le dos de la décomposition je pense qu'il était réellement impressionné par ce qu'il voyait. Lui qui passait ses journées dans son local poussiéreux. Et qui au mieux sortait prendre l'air quelques minutes à quelques pas de son escalier, risquant à chaque instant d'être découvert.
Nous sommes restés deux bonnes heures là haut. Nous avons passé un excellent moment. J'ai vraiment pu sympathiser avec Steeve et Oliver. Robert me répugnait toujours mais j'avais quand même pris un peu de temps pour parler avec lui. Phil restait un mystère. Il ne rejoignait le groupe que pour boire un coup ou râler. Mais il était là, c'était le principal. Nous avons rangé nos affaires dans le combi. Steeve charriait Robert et je plaisantais avec Florine (je commençais à fatiguer et elle me demandait si je ne voulais pas qu'elle fasse de moi un vampire pour mieux supporter les nuits blanches). Alors que nous nous apprêtions à monter dans le van nous avons entendu du bruit provenant de la forêt. Des craquements de branches, des bruissements de feuilles et même un grognement. Nous nous sommes figés puis Florine s'est postée devant nous, rapidement rejoint par Oliver. J'étais juste derrière eux. Nous avons alors vu surgir une grande masse sombre. Elle approchait de nous. Je n'en distinguais que les contours, le temps qu'elle approche de la lumière d'un réverbère. Les vampires se sont mis sur leur garde, l'air sérieux. Même Phil était concerné. J'ai alors vu ce qui provoquait tant d'inquiétude parmi mes compagnons. J'ai senti une boule d'angoisse éclater dans mon estomac. J'avais peur, juste peur. La forme qui s'approchait et qui maintenant baignait dans la lumière était un loup garou.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire