dimanche 21 avril 2013

16-The longest night - 2


"Alors on drague ma copine?" m'a lancé le punk vampire. Il roulait les r témoignant d'une provenance d'un pays de l'est. Florine a levé les yeux au plafond, exaspérée.
"Tu rêves Igor. Je ne serai jamais ta copine. Plutôt vomir dans mon verre, le boire et le revomir.
-Vladimir, pas Igor. Vladimir."
Vladimir m'agrippait fermement l’épaule. Il avait les iris rougeâtres presque violettes. Sa tête ronde presque grassouillette dénotait avec l'air sévère qu'il se donnait. Alors qu'il me broyait l’omoplate je remarquais qu'il était d'une relative petite taille. J'étais sûr de le dépasser d'une tête une fois levé. 
"C'est pour ça que je ne te vois plus souvent ici, tu traines avec un ringard de mortel, m'insultait le sympathique vampire.
-Mais bordel lâche le tu lui fais mal! T'es vraiment détraqué! Florine s'énervait et menaçait du doigt son interlocuteur.
-On est fait pour être ensemble, tu le sais, mon coeur mort bat pour toi, lui a répondu Vladimir avec un accent à couper au couteau.
-Mais tu fais chier, dégage! On a pris un verre une fois et tu t'es fait tout un film. T'es totalement taré."
Elle serrait le poing. Alors que la soirée avait bien commencé elle prenait soudain une tournure extrêmement désagréable et tendue. Florine et Vladimir se connaissaient mais visiblement l'un fantasmait trop sur l'autre. Alors que le slave aux cheveux en piques tentait quelques pathétiques élans de poésie la vampirette, elle, s'énervait de plus en plus. Elle montrait ses dents pointues. Je m'attendais à ce qu'à tout moment elle lui décoche une droite bien sentie qui l'aurait fait chuter plusieurs mètres plus bas. J'assistais à leur joute verbale en grimaçant, les doigts du russe machin chose enfoncés dans ma peau jusqu'à l'os. Les secondes m'ont paru des minutes et j'en avais assez. J'ai alors attrapé la main de Vladimir et j'ai tenté de la dégager. J'ai été surpris par sa poigne. Il m'a fallu un véritable effort pour rejeter ses vilains doigts. Ma hardiesse n'a fait que l'énerver davantage. Il s'est rapidement assis sur une chaise à côté de moi et m'a enserré le poignet avec force. J'étais à nouveau prisonnier. Florine était prête à bondir pour me secourir mais je lui ai fait un signe de la tête pour ne pas qu'elle agisse. Je voulais régler tout ça pacifiquement.
"Tu te crois malin hein. Je me demande ce que Florine peut te trouver. Ok, ok...un duel! Ouais voilà ce qu'il nous faut, un duel!
-Vous avez vraiment un problème vous savez, sont les seuls mots qui me sont sortis de la bouche alors que ma main s'engourdissait à cause de la pression sur mon poignet.
-Un duel! Puisque ma Florine semble t'apprécier je ne vais pas me battre avec toi, tu n'aurais aucune chance de toute façon. On va s'affronter dans un domaine où tu pourras avoir l'illusion de défendre tes chances mais où au final tu recevras une telle humiliation que tu n'oseras même plus sortir de chez toi."
Les paroles du vampire me semblaient de plus en plus folles. Je ne voyais pas où il voulait en venir et surtout pourquoi il me disait tout ça. Florine s'était levée et avait attrapé le col du blouson de mon interlocuteur. Ce dernier a poursuivi son laïus.
"On est dans un bar karaoke. C'est une discipline que je maîtrise parfaitement tu sais. Si tu es un homme digne de ce nom et pas une chiffe molle de première comme je le pense alors bats moi au karaoké!"
Florine était consternée. Elle répétait "débile, débile, débile" tout en tirant le vampire par le col pour l'écarter de moi. Bizarrement il se laissait faire et glissait avec sa chaise. Malheureusement il me tenait encore le poignet ce qui pouvait donner l'impression que nous nous tenions la main.
Il ne me quittait pas des yeux et il attendait surement que je relève son défi. Mais je trouvais la situation tellement absurde que j'avais juste envie de me soûler et oublier les dix dernières minutes. Il revenait à la charge.
"Mon duel karaoké te fait peur hein. Tu peux refuser et passer pour un lâche, il n'y a pas de mal à ça, sale poule mouillée. De toute façon si tu acceptes tu vas te faire humilier"
Son accent aux r roulés me gonflait de façon exponentielle. Ma secrétaire vampirique lui criait d'arrêter, qu'elle en avait marre. Les gens autour du nous commençaient à nous dévisager. Ils sentaient qu'un truc louche se passait.
J'ai alors vu une petite main tapoter sur l'épaule droite de Vladimir. J'ai cru percevoir un "excusez moi, excusez moi Monsieur". Vladimir s'est retourné. Je me suis légèrement décalé et j'ai aperçu un nain, juste derrière la chaise du vampire punk. Il avait l'autre main élégamment posée sur sa hanche. Son look sortait des sentiers battus. Cheveux longs, barbichette, marcel blanc, tatouages sur les bras, pantalon noir et bottines. Son allure me rappelait quelqu'un. Pendant que je fouillais dans mes souvenirs Vladimir lui a séchement demandé ce qu'il voulait. Florine a relâché son col.
"Depuis tout à l'heure je vous vois importuner cette jeune demoiselle et ce monsieur, a dit le nain d'une voix grave en désignant la vampirette et moi même. Je ne veux pas connaître l'objet de votre dispute mais je vous trouve bien agressif. J'ai cru comprendre que vous aviez lancé un défi karaoké à ce monsieur que de toute évidence vous mettez mal à l'aise. Je déteste les individus sans respect dans votre genre. C'est pourquoi je me propose de prendre sa place pour le défi. Et je serais ravi d'être votre challenger au défi karaoké."
Le nain parlait d'une voix sûre. Il avait réussi à déstabiliser Vladimir qui bafouillait et qui par la même occasion avait enfin lâché mon bras. Il a réajusté le col de son blouson. Il a alors essayé de reprendre le contrôle de la situation.
"Hey Willow, de quoi tu te mêles? C'est une affaire de grands ici. Retourne dans ta maison champignon". Il s'est tourné vers Florine et moi cherchant un signe d'approbation à sa répartie de bas étage. Il était fier de lui, hochant la tête du genre "vous voyez, je l'ai mouché". Le nain ne s'est pas démonté et est revenu à la charge.
"Peut être vous dégonflez vous? Il est sûrement plus facile pour vous d'agresser les gens que de prouver votre vraie valeur."
D'habitude les personnes de petite taille me font rire. Une moquerie mal placée je le concède. Mais ce nain là avait quelque chose d'incroyable. Il avait une prestance qui forçait le respect. Vladimir commençait à bouillonner. Il a pointé son doigt en direction du front du petit homme.
"Mais pour qui tu te prends Atchoum! Je vais te régler ton compter ensuite j'en finirais avec l'autre". L'autre c'était moi. Vladimir a fini par accepter le défi. Il a proposé au nain de commencer. Après s'être bruyamment levé le vampire aux cheveux de hérisson s'est dirigé vers l'escalier de la mezzanine. Florine a posé sa main froide sur la mienne et m'a demandé si ça allait. Elle m'a expliqué que ce type avait fait une fixation sur elle. Que c'était un gros lourd. Qu'elle gérait le truc mais qu'elle ne voulait pas que ça me mette en danger.
"Il a vraiment besoin d'un psy tu sais m'a t-elle dit le plus sérieusement du monde.
-Qu'il crève", ai-je lâché tout aussi sincèrement.
Ça a fait sourire la vampirette. Avant de descendre à son tour vers la scène le nain s'est adressé à nous.
"J'espère que tout va bien maintenant. Je vais lui donner une leçon et rabaisser son caquet. Au fait, je m'appelle David mais tout le monde me surnomme Dave". Florine et moi nous sommes présentés et l'avons remercié. Nous nous sommes excusés de l'avoir mis dans une telle situation. Il s'est éloigné. Sa prestance en a pris un léger coup. Ses petites jambes semblaient mal à l'aise dans l'escalier et notre sauveur en devenait un peu ridicule. Trébuchant une marche sur deux. J'ai voulu rire mais la partie de mon cerveau qui gère l'honneur, le respect et la reconnaissance m'a tout de suite rappelé à l'ordre. Je marmonnais.
"Dave, Dave..." Quand la musique a commencé j'ai enfin compris qui était notre nain.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire